Contact

Québec

2095, rue Frank-Carrel, bur. 214
Québec (Québec)
G1N 4L8

Téléphone 1 844 636-9737

Localisez-nous via Google Maps

Belgique

Avenue Athéna 1
B 1348 Louvain-la-Neuve
Belgique

Téléphone +32 (0)10 45 85 14

Localisez-nous via Google Maps

France

110 Rue Réaumur,
75002 Paris, 
France

Téléphone +33 1 85 76 30 90

Localisez-nous via Google Maps

  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Le compositing : création visuelle en effets spéciaux

L’art des effets spéciaux numériques est très complexe et beaucoup plus vaste que ce que les gens peuvent croire. Souvent, lorsque l’on pense à des effets spéciaux de films, on pense à de la modélisation 3D : des créatures imaginaires, des vaisseaux spatiaux, des voitures qui se transforment en robots, etc. Mais la 3D n’est qu’une infime partie de l’univers des effets spéciaux numériques. Outre les artistes 3D, on retrouve notamment les spécialistes en particules, en gestion de lumière, en gestion de couleurs et en compositing.

Le compositing est sûrement la facette la plus méconnue du grand public, mais sachez qu’un bon artiste en compositing ou un bon « matte-painter » est l’une des ressources les plus précieuses pour les entreprises spécialisées en effets spéciaux.

Qu’est-ce que le compositing?

Dans sa plus simple définition, le compositing consiste à combiner un contenu filmé avec un contenu artificiel, soit créé par l’équipe 3D, soit créé par l’artiste en compositing lui-même. Souvent, on combine des personnages avec un décor créé de toutes pièces, soit par un logiciel 3D, soit par un « matte-painter ». En gros, c’est comme « photoshoper » une image, mais 24 fois par seconde. Imaginez le talent que ça prend!

Des décors féériques

« Mais où ont-ils filmé ça? ». Si vous vous posez la question, il est probable que la moitié de ce que vous voyez (sinon plus) soit créée de toutes pièces. Les artistes en compositing créent souvent des décors époustouflants à partir de photos diverses. Avec plusieurs images bien placées et traitées, il est donc « facile » pour eux d’ajouter des montagnes à l’horizon ou de rendre le ciel majestueux alors que la scène était tournée par temps gris. Encore plus impressionnant, un « compositer » peut même détruire une ville (démolir quelques bâtiments, ajouter des flames, de la fumée et de la poussière et changer l’éclairage) pour ainsi plonger les spectateurs dans un environement au look post-apocalyptique.

Voici un petit exemple de changement d’ambiance à partir d’une simple photo de New York

Une série télé que j’adore, Game of Thrones, a publié cette vidéo montrant le travail de « matte-painting » et de compositing qui a été effectué pour recréer l’univers de Westeros. Voyez par vous-mêmes :

Multiplier les figurants

« Une armée gigantesque… et chaque soldat a bel et bien l’air réel! ». Ils le sont (du moins, probablement en grande partie). Il est possible de générer des faux personnages en 3D et de leur donner une fausse personnalité pour que, à petite échelle, ils aient l’air réels. C’est le cas des grandes armées dans le film Lord of the Rings (je pense surtout au 3e film, Return of the King). Pour une armée de cette envergure avec des plans généraux montrant environ un million de soldats, c’est normal de passer par la 3D. Cependant, certains plans d’un film demandent plus de détails et de réalisme. Si on veut montrer une armée de 10 000 soldats et que l’on a seulement 500 figurants, ça peut sembler problématique. Mais le compositing peut régler tout ça! Avec une caméra motorisée sur rails qui refera le même mouvement 20 fois, et les 500 figurants qui se placeront à des endroits différents les 20 fois, on peut arriver à combiner les 20 prises ensemble pour créer une armée de 10 000 figurants! Si ce n’est pas assez, on n’a qu’à demander au département de 3D d’en créer et on les rajoutera au résultat final! Tout devient possible.

Poussé à l’extrême, voici comment recréer le débarquement de Normandie avec seulement 3 acteurs (oui oui, seulement 3!).

Un métier sous-estimé

J’admire vraiment les artistes en compositing. Le problème avec ce métier est que lorsqu’on se rend compte qu’une scène a été retouchée, ça veut dire que le « compositer » a, en quelque sorte, échoué. Par contre, quand tout a l’air bien réel, on ne se doute de rien et on oublie tout le travail derrière chacune des 24 images que l’on voit à chaque seconde. Il y a quelques années, j’ai effectué un stage d’un jour chez Hybride à St-Sauveur-des-Monts, une boîte d’effets numériques ayant participé, entre autres, à des films comme Sin City et Avatar. J’ai vu un « compositer » à l’oeuvre. Il assemblait une scène de la série Napoléon où il avait justement à créer une armée complète à partir de quelques figurants. Non seulement ça, mais il devait aussi reverdir la scène en ajoutant du gazon ça et là pour cacher les rails servant au déplacement de la caméra. Bien entendu, le tout devait avoir l’air complètement réaliste. Je dois dire que c’est très impressionnant à voir! D’autant plus que lorsque j’ai vu le résultat final à la télé, cette scène ne se passait plus l’été mais bien l’hiver. Il y avait de la neige au sol (avec les traces de pas que laissaient les chevaux et les troupes), de la buée sortant de la bouche de chaque soldat, des flocons qui tombant partout à l’horizon… Et j’ai pensé à la quantité de travail requise pour ce simple plan de six secondes ainsi qu’au talent requis pour arriver à un tel résultat. Je lève mon chapeau à Hybride et aux autres boîtes d’effets spéciaux! Bravo!

À lire ensuite:

Le HTML5 et le CSS3 dans un monde idéal