Contact

Québec

2095, rue Frank-Carrel, bur. 214
Québec (Québec)
G1N 4L8

Téléphone 418 353-1808
Télécopieur 418 907-8445

Localisez-nous via Google Maps

Belgique

Avenue Athéna 1
B 1348 Louvain-la-Neuve
Belgique

Téléphone +32 (0)10 45 85 14

Localisez-nous via Google Maps

France

110 Rue Réaumur,
75002 Paris, 
France

Téléphone +33 1 85 76 30 90

Localisez-nous via Google Maps

  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Un wiki local pour la ville de Québec ?

Blaise Pascal disait « le cœur a ses raisons que la raison ignore ». Il est des coups de cœur qui échappent à toute logique. En tant qu’arrivant français, j’ai eu un de ces coups de cœur pour une ville, Québec. J’ai décidé de m’y établir, de participer à la vie locale. Par exemple, pendant un mois et demi, je n’ai pas trouvé d’emploi et la raison aurait voulu que je me rende à Montréal, plus ancré dans mon domaine et où je disposais déjà d’un réseau. Mais voilà, j’aime Québec. Avec le plus grand respect que j’ai pour la ville de Montréal, Québec fut un choix que je ne regrette pas. Je suis fier de cette ville, de ses habitants, de sa simplicité de vie.

De ce que j’ai compris, les habitants sont devenus réellement fiers de leur ville avec les commémorations du 400e anniversaire. La fierté d’appartenance à un territoire trouve tout son sens dans la valorisation d’un héritage passé, d’un devoir de mémoire sur l’évolution de sa ville ainsi que d’une célébration du moment présent et futur.

Les habitants sont cette mémoire. Chaque Québécois, quelle que soit sa génération, dispose dans ses malles de documents ou de photographies témoignant une époque et un lieu précis. Chaque Québécois a dans sa tête des souvenirs qui permettent, mis ensemble, de dresser un panorama dans le temps et l’espace de ce que fut Québec. Les arrivants participent à leur manière à la création d’un présent et d’un futur commun, ils sont également des acteurs que l’on ne peut négliger.

L’idée d’un wiki pour regrouper l’ensemble de ces participants apparaît comme une solution pertinente pour affranchir les barrières du numérique et participer à la création d’une mémoire collective, quels que soient les âges ou les classes sociales.

L’exemple de Wiki Rennes : le devoir de mémoire

Je n’ai nullement l’intention de dire « c’est mieux en France », mais bien de partager une réflexion, une expérience quant à un projet qui a déjà été mis en place en France.

J’ai travaillé à Rennes, une ville dont la mairie a à cœur les nouvelles technologies pour et par les habitants. Cette ville est pour ainsi dire pionnière dans la démocratisation des usages web, elle fut par exemple la première de France à libérer ses données.

La mairie de Rennes travaille avec une association de passionnés, BUG, dont je ne tarirais pas d’éloges quant à leur formidable travail et à leur philosophie qui place le citoyen au cœur de leurs prérogatives. Ils sont les instigateurs de nombreux projets numériques vraiment intéressants, notamment un wiki local appelé Wiki Rennes dont l’application à la ville de Québec serait, à mon sens, vraiment intéressante.

WikiRennes, est une sorte de Wikipédia fait par les habitants pour les habitants. Cet outil se définit comme tel : « Wiki-Rennes vise à dessiner un autoportrait de Rennes par les Rennais, les anciens Rennais, ou toutes autres personnes ayant un lien avec la ville et ses habitants ». Les événements liés à la ville, l’histoire et l’évolution des différents quartiers, les grands rendez-vous sont centralisés sur un espace public où chacun peut apporter sa pierre à l’édifice.

(source de l’image : wiki rennes)

J’imagine facilement un diaporama des différentes affiches illustrant le Carnaval de Québec avec son histoire, de ses débuts à sa nouvelle orientation. Tout comme j’imagine les grands événements que sont le festival d’été ou les commémorations du 400e. Québec a une histoire, une âme morcelée dans les souvenirs de ses habitants dont l’ensemble forme une mémoire collective.

WikiRennes va au-delà de narrer une simple histoire, il se veut également le catalyseur d’un ensemble de documents qui jusqu’alors dormaient dans des malles. Tout Québécois dispose d’un trésor qu’il ignore, la mémoire de sa ville qui témoigne de son évolution dans le temps.

Mais l’objectif va au-delà de simplement mettre à disposition un simple outil, il s’agit réellement d’affranchir les barrières du numérique à un ensemble d’acteurs non initiés. WikiRennes dispose ainsi d’un manager de communauté, physique et virtuel. Il modère les propos sur le Wiki, pour éviter tout débordement, mais se déplace auprès d’acteurs, que ce soit des associations d’anciens combattants ou des écoles par exemple, pour former et rendre indépendant dans la publication des documents.

La mission de WikiRennes est donc double. Elle permet aux habitants de créer un espace dédié à la mémoire de leur ville, mais a également une démarche éducative aux nouvelles technologies auprès d’un public qui ne serait pas initié. Une démarche que je verrais parfaitement adaptée à la ville de Québec.

Passé, Présent, Futur : un wiki cartographie ?

Se commémorer le passé est une chose, célébrer le présent et identifier le futur en sont une autre. Pourtant, une solution pertinente pourrait peut être voir le jour, un wiki cartographique.

J’ai travaillé lors de mes études en collaboration avec la FING sur un projet de wiki-cartographie pour la ville de Toulon. L’objectif ici était de géolocaliser des événements ou des expositions dans l’espace, en l’occurrence par une carte Google Map, et dans le temps. Ces derniers étaient reliés aux horaires de bus, afin de définir des trajets et aider les citoyens à adopter une démarche écologique au travers des transports en commun. En tant que wiki cartographique, toute association, tout organisateur voir tout musée pouvait promouvoir ses événements, dans le temps et dans l’espace.

Ce projet n’était qu’étudiant, mais nous avions pratiqué des tests ergonomiques auprès d’une population qui n’était pas initiée aux nouvelles technologies, notamment des retraités. À notre grande satisfaction, ces derniers n’avaient aucun mal à user la plateforme.

Imaginons maintenant que nous croisions ces deux projets pour n’en faire qu’un. Une plateforme globale dédiée à la mémoire du passé et célébrant le présent et le futur. Un outil qui permettrait de se rendre à un opéra tout en appréhendant son histoire, un espace où l’on pourrait se renseigner sur l’histoire de sa rue tout en identifiant les événements à venir… Fait par les citoyens pour les citoyens, dénué de toute forme de mercantilisme avec pour leitmotiv l’entraide, la collaboration et la fierté d’appartenir à une ville ayant une âme.

Conclusion

Je pense que la mairie de Québec pourrait participer à la mise en place d’une association telle que celle mentionnée dans cet article, dont l’objectif serait de participer à la démocratisation des espaces numériques auprès des habitants en favorisant la création de projets innovants et fédérateurs. Joindre l’utile à l’agréable, initier les internautes aux nouvelles technologies en les fédérant autour de projets innovants. 

Il ne faut pas avoir peur de regarder ce que font les autres pays ou villes, au contraire. De l’observation naissent les meilleures idées. En mettant en place des projets similaires, nous pourrions créer des passerelles, des synergies avec d’autres localités, ce qui serait bénéfique.

Qu’en pensez-vous ?

(Crédit image : wikipédia)

À lire ensuite:

Médias sociaux : les entreprises doivent comprendre les internautes