Contact

Québec

2095, rue Frank-Carrel, bur. 214
Québec (Québec)
G1N 4L8

Téléphone 1 844 636-9737

Localisez-nous via Google Maps

Belgique

Avenue Athéna 1
B 1348 Louvain-la-Neuve
Belgique

Téléphone +32 (0)10 45 85 14

Localisez-nous via Google Maps

France

110 Rue Réaumur,
75002 Paris, 
France

Téléphone +33 1 85 76 30 90

Localisez-nous via Google Maps

  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Quel est l'intérêt du nouveau réseau social Google+?

Google+, ça sert à quoi?
Il y a maintenant quelques jours que Google a officialisé son nouveau réseau social, Google+. Cette nouvelle plateforme sociale vient s’ajouter aux nombreux réseaux sociaux déjà disponibles sur Internet. Devant cette multitude de réseaux, pourquoi devrait-on adhérer à Google+ alors que les récents efforts de la compagnie californienne pour se tailler une place dans le paysage social se sont soldés par des échecs?

Agrégation des services Google
Google possède un avantage concurrentiel majeur sur ses principaux concurrents, Facebook, Twitter et LinkedIn : l’entreprise n’offre pas qu’un seul service. Qu’il s’agisse de Google Docs, Gmail, Google Calendar, Google News, Google Images, Picasa et j’en passe, l’entreprise a diversifié son offre. Google+ permet donc l’agrégation des services de Google au sein de la plateforme sociale. Du côté pratique, c’est la synergie s’opérant entre tous ces services qui fait la beauté de la chose.

Android
Google possède aussi son propre système d’exploitation pour téléphones cellulaires et tablettes : Android. Le partage de fichiers multimédia est puissant : les photos et vidéos prises par le téléphone se téléchargent directement sur le serveur de Google+. Pour les partager, il suffit de choisir la photo et celle-ci se mettra à jour automatiquement. C’est déjà bien, mais ce n’est qu’un début.

Vie privée
La gestion des paramètres de confidentialité de Facebook a toujours été le talon d’Achille du réseau de Mark Zuckerberg. Les nouvelles fonctionnalités de Facebook, comme la reconnaissance faciale, s’activaient automatiquement pour tous les utilisateurs et c’était leur responsabilité de le désactiver après coup. Cette façon de mettre les utilisateurs devant le fait accompli a coûté énormément à la réputation de Facebook, qui était reconnu pour être rempli de failles de ce genre, d’autant plus que la gestion des paramètres de confidentialité était fastidieuse.

Google a prévu le coup. Le système de gestion par les cercles a grandement facilité la diffusion de contenu de manière très ciblée. Sur Facebook, il était possible d’exclure des personnes autorisées à voir certains statuts ou photos, mais c’était relativement compliqué lorsqu’il s’agissait de le faire pour des grands groupes. Le système de micro gestion proposé par Google facilite grandement ce procédé. Il suffit de choisir avec quel cercle on veut partager un contenu, ou si on veut le rendre accessible à tous les cercles, et même à tout le réseau, sans distinction. Facebook a d’ailleurs rapidement réagi en intégrant un système semblable.

Masse d’utilisateurs
Bien évidemment, un réseau ne peut être social sans une masse importante d’utilisateurs. Alors que Facebook a franchi le cap des 750 millions d’abonnés, Google+ a, quant à lui, dépassé les 10 millions la semaine dernière. En effet, en date du 10 juillet 2011, 7.3 millions de comptes Google+ avaient été activés. Plusieurs prédisent même que ce réseau social atteindra les 20 millions d’abonnés dans la fin de semaine 16 juillet 2011. Google+ pourra croître rapidement, si l’on considère tous les utilisateurs inscrits sur la plupart des services de Google. Cela représente en effet une masse importante de personnes pouvant s’intéresser à Google+. Le défi de Google sera de rendre le réseau attractif aux yeux des utilisateurs en proposant des fonctionnalités inédites et conviviales. Google profite aussi d’applications permettant de migrer les contacts Facebook d’une personne vers Google+. Il reste maintenant à savoir si l’utilisateur occasionnel considérera que le temps consacré au changement de réseau en vaut la chandelle.

Vidéoconférence
La possibilité de converser par vidéoconférence à même les réseaux sociaux est devenue un enjeu plutôt majeur. Google+, avec sa fonction « hangout », a permis de le faire en premier. Le gros avantage de « hangout » est qu’il offre la possibilité de converser à plusieurs, et ce, tout à fait gratuitement. Facebook a immédiatement répliqué en s’associant avec Skype, maintenant propriété de Microsoft, en permettant la vidéoconférence directement sur son système de clavardage.

Prochaine étape : les profils corporatifs
Facebook offre depuis longtemps des profils corporatifs pour les entreprises. La plupart des grandes entreprises à travers le monde sont désormais sur Facebook. Google+ n’est ouvert pour l’instant qu’aux profils personnels. L’entreprise est en train de travailler sur la manière d’inclure les profils corporatifs et de les adapter avec des fonctionnalités différentes que les profils personnels. Google a d’ailleurs ouvert une période de beta pour les profils corporatifs. Certaines entreprises sont autorisées à avoir un profil corporatif, comme Ford Motor Company.

Google+

En somme, la concurrence semble féroce entre la masse de réseaux sociaux, chacun cherchant à s’accaparer les utilisateurs des autres en proposant des services de plus en plus évolués. Google devra redoubler d’ardeur, car en s’attaquant à un réseau plutôt mûr comme Facebook, ce sera beaucoup plus difficile pour lui de s’intégrer dans la routine de plusieurs millions d’utilisateurs comme le fait son principal concurrent.

Au-delà des réseaux traditionnels, les blogs sont-ils aussi menacés? Le cas de Kevin Rose, le PDG de Digg qui a fermé son blogue et qui fait maintenant pointer le lien de son site vers son profil Google+, confirmera-t-il cette tendance? Il est encore trop tôt pour statuer, mais l’impact du réseau social de Google+ sera à surveiller!

Kevin Rose

À lire ensuite:

Le marketing Internet : bonnes pratiques pour augmenter sa visibilité sur le Web