Contact

Québec

2095, rue Frank-Carrel, bur. 214
Québec (Québec)
G1N 4L8

Téléphone 418 353-1808
Télécopieur 418 907-8445

Localisez-nous via Google Maps

Belgique

Avenue Athéna 1
B 1348 Louvain-la-Neuve
Belgique

Téléphone +32 (0)10 45 85 14

Localisez-nous via Google Maps

France

110 Rue Réaumur,
75002 Paris, 
France

Téléphone +33 1 85 76 30 90

Localisez-nous via Google Maps

  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Médias sociaux : de la nécessité de penser la communication autrement

Aujourd’hui, les entreprises abordant le virage des médias sociaux éprouvent de grandes difficultés à faire abstraction de réflexes communicationnels traditionnels pour adopter de nouvelles logiques. En effet, les règles de communication ont profondément été modifiées avec l’avènement de ce qui est qualifié comme « web 2.0 ». Les consommateurs sont aujourd’hui des acteurs à part entière dont les actions et réactions s’inscrivent dans de nouvelles stratégies.

De nombreuses entreprises ont échoué sur les médias sociaux par une mauvaise appréhension des mécanismes qui y sont inhérents. Ainsi, en restant ancrées dans des réflexes de communication traditionnelle, elles créent des espaces vides, où les contenus et les informations publiées ne trouvent d’écoute.

Trois termes témoignent principalement de ces mutations dans la communication : interaction, qualification, pérennité.

Schéma

INTERACTION

Les logiques traditionnelles ont habitué l’entreprise à un schéma qui la plaçait en tant que diffuseur face à des consommateurs qui n’étaient eux que des récepteurs. La presse, l’affichage, la télévision ou la radio ont longtemps conforté les sociétés dans ce rôle d’émetteur de contenus.

Une entreprise ne peut communiquer de manière efficiente sur une page Facebook si elle se positionne dans un simple rôle de diffuseur. Il faut interagir, prendre en considération les avis des consommateurs, une véritable nouveauté dans le monde de la communication. Lorsqu’une entreprise diffuse des contenus, elle doit donc les penser comme une ouverture au dialogue et non comme une simple présentation.

L’erreur des entreprises : en usant de logiques de communications traditionnelles, les entreprises créent des espaces inactifs. Les contenus sont de ce fait très peu visibles et très peu partagés. Les membres des communautés sont très peu actifs.

QUALIFICATION

Dans des logiques de communication traditionnelle, il est question d’audience. L’audience se définie par la faculté d’émettre des informations auprès d’un large public plus au moins qualifié. Les médias sociaux changent cette approche. Il n’est ici plus question de créer de l’audience large artificiellement, mais bien de qualifier sa communauté afin que le message soit percutant. La communauté doit être crée autour des valeurs de l’entreprise et non sur des procédés fallacieux. Toucher 10 000 internautes n’est plus synonyme de succès.

L’objectif sur les médias sociaux est donc de créer une communauté autour de sa marque, afin de communiquer efficacement. Un internaute qui viendrait pour une toute autre raison sera beaucoup moins sensible, voir indifférent, aux annonces de l’entreprise.

L’erreur des entreprises : en cherchant de l’audience, elles créent des espaces très peu attentifs. De mauvaises pratiques ont vu le jour dont l’objectif est de gonfler les communautés artificiellement, comme l’achat de fans sur Facebook. Les internautes, parce qu’ils ne sont pas venus pour la marque, sont de ce fait presque insensibles aux messages diffusés.

PÉRENNITÉ

La pérennité est une valeur un peu forte, mais elle sert surtout à contraster le caractère éphémère des actions de communication traditionnelle. Sur les médias sociaux, la stratégie, qui peut évoluer dans le temps, doit être pensée sur du long terme. Par exemple, il faut comprendre que les premiers retours quant à des facteurs clés de succès seront à prendre en considération dans le temps et non sur l’instant.

S’inscrire dans la temporalité, c’est également identifier une ligne éditoriale pertinente axée sur une propension à créer du contenu. La communication s’étalant dans le temps, il faut pouvoir être en mesure de produire de manière périodique (article, vidéos, photos) afin d’entretenir la relation avec ses communautés.

L’erreur des entreprises : les entreprises cherchent avant tout à obtenir des résultats sur l’instant. Souvent, cette vision à court terme se traduit par une précipitation dans la création d’une communauté forte, voir par une démotivation. Une communauté active ne se créer pas sur du court terme, tant dans son nombre que dans ses interactions.

CONCLUSION

Interactions, qualification et pérennité. Ces termes ont profondément modifié la communication en inscrivant le consommateur directement dans les processus de diffusion. Les entreprises doivent avant tout appréhender les mécanismes et logiques inhérents à ces terminologies si elles veulent communiquer efficacement.

Pour l’heure, nombreuses sont celles à avoir ouvert une page Facebook, diffusé quelques informations relatives à leur actualité et abandonné, faute de résultats satisfaisants. Il est donc important d’aborder les médias sociaux ave une nouvelle façon de penser, détachée de reflexes traditionnels.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

À lire ensuite:

Google+… ou moins