Contact

Québec

2095, rue Frank-Carrel, bur. 214
Québec (Québec)
G1N 4L8

Téléphone 418 353-1808
Télécopieur 418 907-8445

Localisez-nous via Google Maps

Belgique

Avenue Athéna 1
B 1348 Louvain-la-Neuve
Belgique

Téléphone +32 (0)10 45 85 14

Localisez-nous via Google Maps

France

110 Rue Réaumur,
75002 Paris, 
France

Téléphone +33 1 85 76 30 90

Localisez-nous via Google Maps

  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Médias Sociaux : adapter son entreprise en interne avant sa communication

Lorsque j’observe les tendances des différents articles qui circulent sur la toile, je me rends de plus en plus compte que les évangélistes des médias sociaux sont passés de la problématique du relationnel à celle du structurel.
Depuis de nombreuses années, beaucoup de choses ont été dites, écrites, pensées autour de ces nouveaux canaux quant à la nécessité pour les entreprises de modifier leurs mécanismes communicationnels, notamment en passant de logiques de diffusions à des logiques d’interactions. À force de décortiquer ces processus, il s’est posé une problématique toute simple : le structurel.

On ne saurait changer ses habitudes de communication sans penser y adapter sa structure. Aussi, après des années à évangéliser les pratiques, de nombreux experts ont orienté leurs conseils vers la nécessité de l’adaptabilité des processus internes à ces nouvelles logiques.

Par exemple, Brian Solis évoque comme piliers du marketing de contenu en entreprise non plus certains « classiques » comme la ligne éditoriale ou la notion d’autorité de la personne produisant (expert par exemple), mais une base structurelle (notion de pilier) pour supporter le tout  :

La structure organisationnelle. L’infrastructure qui autorise que la création et la distribution de contenu soient encouragées et favorisées à la fois au sein du département marketing et au-delà.

Les ressources internes. Le rôle du personnel, des équipes et de la direction qui soutiennent et participent au marketing de contenu.

Les ressources externes. La manière dont l’entreprise travaille avec des fournisseurs externes et des pourvoyeurs de services?  

La mesure. La mise en place de métriques significatives autour de marketing de contenu, en les liant également au marketing global et aux objectifs de vente.

Les nouvelles compétences et capacités. Favoriser la compréhension du marketing de contenu, notamment aux dirigeants, et s’assure que l’équipe peut peut gérer, créer et publier du contenu.

Les nouvelles mentalités et approches. Créer, gérer et suivre des contenus en dehors des heures de bureau normales, souvent en temps réel, est essentiel.

Cette approche est intéressante, car si l’on veut communiquer de manière efficiente sur les médias sociaux, il faut avant tout s’adapter en interne. Vous aurez beau avoir les meilleures pratiques, avoir appréhendé les nouvelles logiques relationnelles, si vous ne pouvez les appliquer dans le temps et l’espace vous risquez de ne pas avoir les retours escomptés.

Par exemple, vous ouvrez une page Facebook parce que votre cible est dessus et vous vous êtes rendu compte que des vidéos de vos produits suscitent le plus d’interactions. Bien. Mais si vous êtes dans l’incapacité de produire des contenus sur le long terme, parce que vous devez vous plier à une hiérarchie lourde, que vous ne pouvez identifier une personne ressource ou parce que votre manière de travailler avec des prestataires est inefficace (comme pour réaliser des vidéos) , alors vous risquez « d’échouer » dans l’accomplissement de vos objectifs. Vous serez dans l’incapacité d’entretenir une relation durable et « naturelle », à savoir d’apporter une réponse cohérente et dans le temps impartie.

Pour conclure cette petite note, je dirai qu’il est important, avant de se lancer dans le monde des médias sociaux, de penser à l’indicible, à l’amélioration des processus internes afin d’obtenir la souplesse nécessaire pour soutenir les efforts que demande une communication relationnelle.

À lire ensuite:

Comprendre les échecs des entreprises et des institutions sur les médias sociaux