Contact

Québec

2095, rue Frank-Carrel, bur. 214
Québec (Québec)
G1N 4L8

Téléphone 418 353-1808
Télécopieur 418 907-8445

Localisez-nous via Google Maps

Belgique

Avenue Athéna 1
B 1348 Louvain-la-Neuve
Belgique

Téléphone +32 (0)10 45 85 14

Localisez-nous via Google Maps

France

110 Rue Réaumur,
75002 Paris, 
France

Téléphone +33 1 85 76 30 90

Localisez-nous via Google Maps

  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.

L'impact des médias sociaux sur la télévision

La télévision a toujours eu une fonction sociale, au sens où les téléspectateurs ont de tout temps échangé sur les programmes qui y étaient diffusés. Que ce soit au pub pour parler des résultats sportifs, ou directement devant l’écran en famille à propos d’un film, chacun y allait de son petit commentaire. L’avènement du double écran, à savoir l’utilisation simultanée de la télévision et d’un terminal mobile (tablette, téléphone intelligent … ), fait qu’aujourd’hui, en temps réel, tout un chacun peut donner son avis sur les médias sociaux. Il n’y a qu’à voir à quoi ressemble Twitter un soir de Star Académie pour comprendre le phénomène. 

Double écran

Selon une enquête auprès d’internautes aux États-Unis menée par Nielsen pour CTAM (Cable & Telecommunications Association for Marketing) en septembre 2012, les gens continuent néanmoins le plus souvent de parler des émissions de télévision de manière « traditionnelle », à savoir de manière réelle et non virtuelle. Facebook est cependant utilisé par 30 % des téléspectateurs, notamment chez les jeunes, et il y a fort à parier que l’engouement pour ce canal d’expression devrait évoluer dans le temps.   

Etude

 

L’étude d’Ericsson sur les pratiques des téléspectateurs lorsqu’ils regardent la télévision témoigne bien de l’avènement du double écran, et de son impact sur le fait de commenter en temps réel des émissions sur le Web Social. Entre 2011 et 2012, ils sont de plus en plus à utiliser Internet en même temps qu’ils assistent à un programme. 

Double ecran

 

Une autre étude, parue sur eMarketer et traduite par le site imarklab, montre que si les téléspectateurs surfent de plus en plus lorsqu’ils regardent une émission, ils ne commentent pas nécessairement. Ainsi, certains cherchent des informations en lien avec une publicité vue à la télévision (nous pensons évidemment à une chanson qui pourrait avoir été utilisée) là où d’autres vont se renseigner un peu plus sur le programme. 

tele

Impact

L’impact des médias sociaux sur les internautes n’est pas négligeable. Ainsi, 46% des répondants ont affirmé avoir regardé un programme suite à des opinions postées sur Facebook, suivi par Twitter à 14%, par les sites des émissions de télévision (9%), puis par des forums ou des boards de discussion (8%). Comme le souligne eMarketer, sans surprise, l’influence des canaux numériques tels que Facebook et Twitter sur les téléspectateurs a été plus prononcée chez les 18 à 34 ans.

Facebook

 

Toujours selon eMarketer, les téléspectateurs ont une prédilection pour parler des spectacles après la diffusion de l’émission. Environ sept répondants sur dix ont commenté en direct un programme, tandis que les trois quarts l’ont fait juste après sa conclusion. Le lendemain de la diffusion d’une émission, le pourcentage de gens qui parlent d’un programme grimpe jusqu’à 83%.

Dans mon ouvrage « La Marque Face au Bad Buzz », Fadhila Brahimi et Fabien Bareti s’interrogent sur les risques d’une télévision soumise à la pression des commentaires sociaux : « Ne risque-t-on pas de nous enliser vers la télévision de consommation “séduction” aux dépens de l’investigation et de l’information “hors-peopolarisation” ?.» Les programmes seront-ils pensés pour faire réagir sur les médias sociaux, augurant un appauvrissement du fond pour une forme théâtrale ? Affaire à suivre ! 

Pour aller plus loin sur la Télévision Sociale, je vous conseil de lire cet article d’INA Global, La Social TV, ou la « voix » de retour de la télévision ou cet article de Zdnet La rentrée de la #SocialTV et du #SecondEcran

À lire ensuite:

Vidéo piratée sur YouTube ? Et si vous profitiez du buzz ?