Contact

Québec

2095, rue Frank-Carrel, bur. 214
Québec (Québec)
G1N 4L8

Téléphone 418 353-1808
Télécopieur 418 907-8445

Localisez-nous via Google Maps

Belgique

Avenue Athéna 1
B 1348 Louvain-la-Neuve
Belgique

Téléphone +32 (0)10 45 85 14

Localisez-nous via Google Maps

France

110 Rue Réaumur,
75002 Paris, 
France

Téléphone +33 1 85 76 30 90

Localisez-nous via Google Maps

  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.

La publicité sur Facebook est inefficace pour 80 % des utilisateurs

Un coup dur pour Facebook qui doit impérativement monétiser ses services pour répondre aux attentes des investisseurs (multiplier par 27 son chiffre d’affaires) : ses publicités seraient inefficaces. Selon eMarketer, les résultats d’une étude faisaient état de 83% des utilisateurs ne cliquant pas sur les encarts. Le sondage récent mené par Reuters/Ipsos montre également que 4 internautes sur 5 n’ont jamais acheté un produit ou adhéré à un service en réponse à une publicité ou un commentaire sur le réseau social.

Si deux sondés sur cinq affirment utiliser Facebook tous les jours, ils seraient 34% à lui consacrer moins de temps qu’il y a six mois. Selon l’étude, ces derniers arguent que le réseau social est « ennuyeux », « pas pertinent » ou « pas utile », la préoccupation liée à la confidentialité arrivant en quatrième position. Enfin, 21% des personnes interrogées n’auraient tout simplement pas de compte Facebook.

Réagissant à cette étude, Ray Valdes, analyste chez Gartner, a souligné que Facebook est encore en train de perfectionner l’efficacité de ses annonces. Il s’est d’ailleurs dit surpris, par le faible nombre d’utilisateurs (20%) déclarant avoir fait un acte d’achat à la suite de commentaires de leurs amis : « Les observations et recommandations de vos amis sur Facebook ont beaucoup de poids, donc je suis surpris par le nombre ».

Si effectivement, le poids des interactions de proches sur l’acte d’achat final est difficilement quantifiable, il n’en demeure pas moins que tout porte à croire que les publicités sur Facebook ne marchent pas. Je lisais récemment une étude de chez Faber Novel où il était question d’un taux de clic de 0,05% sur le réseau social, contre 2% pour Google et 1% pour la bannière traditionnelle.

Deux questions peuvent donc se poser quant aux nouveaux formats lancés en janvier 2012 (les fameux « sponsored stories ») et leur adoption au format mobile :

S’ils sont efficients, seront-ils réellement l’élément salvateur de la plateforme ?
S’ils sont un échec, seront-ils la cause principale de la chute de l’empire Facebook ?

Sponsored Stories

Crédit image : Faber Novel

À lire ensuite:

Tendances de la mobilité au Canada