Contact

Québec

2095, rue Frank-Carrel, bur. 214
Québec (Québec)
G1N 4L8

Téléphone 418 353-1808
Télécopieur 418 907-8445

Localisez-nous via Google Maps

Belgique

Avenue Athéna 1
B 1348 Louvain-la-Neuve
Belgique

Téléphone +32 (0)10 45 85 14

Localisez-nous via Google Maps

France

110 Rue Réaumur,
75002 Paris, 
France

Téléphone +33 1 85 76 30 90

Localisez-nous via Google Maps

  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Accepter les inconnus sur LinkedIn?

Lorsque je me suis créé un compte LinkedIn, je m’attendais tout simplement à une version « professionnelle » de Facebook. Au lieu d’avoir des amis, j’aurais des contacts professionnels. Après un certain moment, par contre, j’ai fait face à un dilemme… Certains professionnels demandaient à devenir reliés avec moi alors que je ne les connaissais même pas. Devais-je les accepter ou non?

Plus on est de fous…

À première vue, on ne peut que se dire que d’avoir plus de contacts professionnels est une bonne chose! Qui voudrait d’un réseau de contacts le plus petit possible? Je ne pourrais vous nommer qui que ce soit qui penserait ainsi.

Prenons tout de même le temps de réfléchir. En quoi avoir des contacts que l’on ne connaît pas réellement serait un plus?

J’ai lu sur un forum un usager qui expliquait que, selon lui, il était avantageux d’accepter tout le monde. Il disait qu’il avait déjà déniché un contrat à cause de cela. Tant mieux pour lui, mais je dois avouer que je trouve cela un peu étrange… Les deux auraient pu simplement s’écrire et entrer en contact à l’aide de LinkedIn, mais sans nécessairement se dire être des contacts professionnels avant de le devenir véritablement. Laissons-lui tout de même le bénéfice du doute. Mon collègue Antoine Dupin, quant à lui, n’accepte pas systématiquement tout le monde, mais aime bien agrandir son réseau pour atteindre le plus de gens pertinents possible. Le but est d’être plus facilement visible par ceux qui naviguent de profil en profil à la recherche de talents particuliers.

… Plus c’est pareil?

LinkedIn sert à entrer en contact avec des professionnels lorsque nous avons besoin d’eux. Posons-nous donc la question : si un inconnu que vous avez accepté par le passé vous écrit pour vous demander quelque chose, agirez-vous différemment que si un inconnu qui n’est pas dans votre réseau vous écrit? De mon côté, je sais très bien que je n’aurai même pas le réflexe de vérifier si cette personne est dans mon réseau ou non… je me dirais simplement « C’est qui, lui? ». Si nous comparons encore avec Facebook, certaines personnes acceptent tout ce qui passe! J’ai connu quelqu’un qui avait plus de 1500 amis Facebook. La question à se poser, ensuite : combien de ces amis l’aideraient à déménager?

Contacts multiniveaux

Une des belles fonctionnalités de LinkedIn est de vous afficher par combien de contacts êtes-vous reliés à un autre professionnel. Un contact de premier niveau signifie que vous êtes en relation directe avec la personne. Un contact de deuxième niveau est un professionnel qui est en contact avec l’un de vos contacts. Ainsi de suite pour les contacts de 3e et 4e niveaux.

Dans mes débuts sur LinkedIn, j’acceptais tout le monde en me disant que ça me donnerait un avantage! Par contre, j’ai vite compris que cette pratique pouvait induire en erreur. Un de mes amis m’a contacté un jour en me disant « Wow! Tu connais Monsieur X? J’aurais besoin d’entrer en contact avec lui, tu peux m’aider? »… Mais je n’avais aucune idée de qui était Monsieur X. Mon ami avait vu que ce Monsieur X était pour lui un contact de 2e niveau, et le lien qu’il avait avec lui… c’était moi! J’ai malheureusement eu à répondre à mon ami que je ne connaissais pas vraiment Monsieur X et qu’il devait entreprendre ses démarches sans moi.

À mon avis…

Pour ma part, je n’accepte plus les inconnus sur LinkedIn. À mon expérience, ça ne m’a rien apporté du tout. Par contre, lorsque je rencontre quelqu’un à un 5 à 7, ou autre événement de la sorte, j’ai souvent tendance à aller de l’avant et augmenter mon cercle de relations professionnelles. Tant que je peux me rappeler qui est la personne, ça me suffit. Lorsqu’il est temps de la contacter, ça devient beaucoup plus simple.

Par contre, mon point de vue est celui de quelqu’un ayant un emploi, n’étant pas employeur ni vendeur, et pour qui la tâche n’est pas de donner dans les relations publiques. Mon opinion n’est que mon opinion. J’ai eu une discussion de 30 minutes avec quelques collègues à ce sujet, et nous avions tous des points de vue différents. Je vous relance donc la balle : acceptez-vous les inconnus sur LinkedIn? Laissez-nous savoir!

À lire ensuite:

Les Canadiens adeptes des médias sociaux