Contact

Québec

2095, rue Frank-Carrel, bur. 214
Québec (Québec)
G1N 4L8

Téléphone 418 353-1808
Télécopieur 418 907-8445

Localisez-nous via Google Maps

Belgique

Avenue Athéna 1
B 1348 Louvain-la-Neuve
Belgique

Téléphone +32 (0)10 45 85 14

Localisez-nous via Google Maps

France

110 Rue Réaumur,
75002 Paris, 
France

Téléphone +33 1 85 76 30 90

Localisez-nous via Google Maps

  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.

38% des moins de 2 ans utilisent les mobiles, 24% des 50-75 ans envoient des sextos

Un café, il me faut du café pour me réveiller. Il a suffit de deux études pour ébranler mes convictions du début de semaine, tout d’abord concernant les futures générations, mais également les générations dont j’ignorais complètement l’appétence sexuelle pour les téléphones. En trois lettres : O.M.G.

D’après une étude de l’organisation Common Sense Média, 38 % des enfants de moins de 2 ans ont utilisé un terminal mobile pour jouer, regarder des vidéos ou à d’autres fins liées aux médias. Ils sont 72 % à l’âge de 8 ans. Avant même de savoir parler, ils savent donc déjà utiliser une tablette. La question qui me vient à l’esprit est : à 4 ans ils piratent les WIFI de leurs voisins ? 

Non seulement de plus en plus d’enfants utilisent des tablettes et des téléphones intelligents, mais en plus ils les utilisent pour de plus longues périodes. La quantité de temps passé à utiliser ces dispositifs a triplé : En 2013, les enfants âgés de 0 à 8 ont dépensé en moyenne 15 minutes par jour ce qui représente une hausse de 5 minutes par jour en 2011.

« Nous assistons à un changement fondamental dans la façon dont les enfants consomment les médias », a déclaré Jim Steyer, fondateur de Common Sense Médias à Mashable.. 

Selon lui, l’utilisation des terminaux mobiles a ses avantages et ses inconvénients. Par exemple, les tablettes peuvent être d’excellents outils pédagogiques, mais si elles sont surexploitées ou servent de baby-sitters virtuels , elles peuvent causer des dommages au développement. Au final, il n’y a rien de neuf sous le soleil. Les comportements de certains parents qui confiaient leurs adorables bambins aux bons soins de madame la télévision sont transférés à une autre technologie … sauf que là, bon bah, ça pourra peut-être leur servir plus tard. Quoi je rêve ? Un café, il me faut un café. 

senior, enfants, mobilité

Autre étude tout autant WTF (oui aujourd’hui je suis en mode acronyme), celle concernant les seniors et leurs penchants pour les sextos. D’après une étude menée par McAfee, 24 % des personnes âgées de 50 à 75 ans ont déjà envoyé « des photos, SMS ou courriels intimes ». J’imagine ma grand-mère envoyer un sexto à son camarade de chambrée … brrrrr. Non je n’imagine pas en fait. 

Car je pourrai tomber sur ces photos, un tiers de ces utilisateurs ne protégeant pas leur téléphone avec un mot de passe. Comme le souligne Atlantic Wire relayé par 20 minutes : « Ce qui vous donne d’autant plus de chances de tomber sur des messages de Maman ou Papa que vous auriez préféré ne jamais voir »  Merci, mais non. Définitivement non. 

Enfants, seniors, même combats ? La technologie a envahi notre quotidien, exacerbant les pratiques les plus … étranges. D’un côté, les parents trouvent dans les terminaux mobiles un excellent moyen d’élever leurs bambins car pouvant servir en tout temps (envoyez votre télévision en camping vous) … de l’autre les seniors un canal lubrique mal protégé pour exprimer pleinement leur libido. Imaginez les deux combinés :

« Tiens Kevin, prends la tablette de papi pour regarder Dora l’Exploratrice … ah, mais ce n’est pas Dora ça c’est quoi donc… »  

 La journée commence bien. Je vous le dis. 

À lire ensuite:

[Infographie] 5 tendances à surveiller pour l’avenir des entreprises canadiennes