Contact

Québec

2095, rue Frank-Carrel, bur. 214
Québec (Québec)
G1N 4L8

Téléphone 418 353-1808
Télécopieur 418 907-8445

Localisez-nous via Google Maps

Belgique

Avenue Athéna 1
B 1348 Louvain-la-Neuve
Belgique

Téléphone +32 (0)10 45 85 14

Localisez-nous via Google Maps

France

110 Rue Réaumur,
75002 Paris, 
France

Téléphone +33 1 85 76 30 90

Localisez-nous via Google Maps

  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.

[Étude] Les jeux vidéo nous rendent plus intelligents

Enfin, une bonne excuse pour gamer! Selon une étude publiée sur Molecular Psychiatry, jouer à des jeux vidéo exerce notre cerveau et améliore ses capacités d’orientation spatiale, de formation de la mémoire, de planification stratégique et de motricité. Bref, les jeux vidéo font grossir notre cerveau et nous rendent plus intelligents!

En effet, l’étude a comparé deux groupes d’adultes de Berlin, l’un ayant joué à Super Mario 64 pendant 30 minutes à tous les jours pendant deux mois et l’autre ne jouant pas du tout à des jeux vidéo. En comparaison, le groupe ayant joué a montré une augmentation de sa matière grise, dans laquelle les corps cellulaires des cellules nerveuses du cerveau sont situés. Les effets ont été observés dans l’hippocampe droit, le cortex préfrontal droit et le cervelet, régions du cerveau où sont impliquées les fonctions telles que la navigation spatiale, la formation de la mémoire, la planification stratégique et la motricité fine des mains. Ce qui est d’autant plus intéressant est que les effets étaient plus prononcés chez les participants qui s’amusaient et qui avaient envie de jouer au jeu vidéo.

Cette étude prouve donc que des régions précises de notre cerveau peuvent être entraînées et formées à l’aide des jeux vidéos, ce qui est tout de même énorme comme découverte. Il a de plus été démontré que les effets positifs du jeu vidéo peuvent s’avérer pertinents dans les interventions thérapeutiques ciblant les troubles psychiatriques pour lesquels les régions du cerveau sont modifiées ou réduites, tels que la schizophrénie, les syndromes de stress post-traumatique ou les maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer.

 Sources : 

À lire ensuite:

[GIF] L'évolution du Google Nexus